La Coquille et le Clergyman - extrait

La Coquille et le Clergyman, extrait audio


L'Invitation au voyage - Bande-annonce

 


Thèmes et Variations

 

Extrait de 'Disque 957'

Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail

 
L'Inquiétant Suspendu a composé la musique de 4 films majeurs de Germaine Dulac : La Coquille et le Clergyman, L'Invitation au Voyage, Thème et Variation et Disque 957. C'est une des rare formation qui compte autant d'oeuvres de la réalisatrice dans son répertoire.

Cinéaste, théoricienne, militante et féministe, Germaine Dulac (1882 - 1942) est la représentante au côté de Jean Epstein de l'avant-garde cinématographique des années 1920. C'est également la deuxième femme de l'histoire à s'illustrer derrière la caméra. Représentante de ce qu’on appelle parfois le cinéma « impressionniste», elle multiplie les déformations de l’image, les flous et surimpressions, les mouvements virtuoses de la caméra et les effets de montage, pour réaliser un cinéma d’art qui tienne son rang parmi les autres formes artistiques.
A la recherche d'un « cinéma intégral », elle développe peu à peu un langage visuel onirique très personnel, chargé de symbolisme, où la narration par le texte n'a plus sa place.



  •  La Coquille et le Clergyman (1927) - 40'
Réalisé d'après un scénario d'Antonin Artaud, La Coquille et le clergyman est considéré comme l'un des premiers exemples du cinéma surréaliste. Réalisé avant « Un chien Andalou » de Luis Bunuel, ce chef d'oeuvre sombre, chargé d'une forte symbolique érotique, est une histoire fantasmagorique sur la frustration, la culpabilité et l'ordre établi.
Sa première projection au Studio des Ursulines provoca un tumulte rare. Désarçonnée par le film, la censure anglaise interdit le film en 1927 en prétextant : « il est si obscur qu’il semble pratiquement dénué de sens, mais si sens il y a, il ne saurait être qu’inconvenant ».

- "Enfin une musique en symbiose avec le film tout en lui apportant des dimensions, en l'élargissant..."
          Prosper Hillairet, historien du cinéma des années 20 et d'avant-garde et auteur de 2 documentaires sur le film.

- La musique a reçu le prix du jury "experts" et prix du jury "rimusicazioni" du festival Rimusicazioni 2010 de Bolzano (Italie) :
      "(...) Contrairement aux années précédentes, deux jurys, l'un composé d'experts et l'autre d'anciens participants à la compétition, ont attribué deux prix distincts.
      Le gagnant du jury d'experts - composé de Piero Di Domenico, Luca Gricinella et Luigi Tota - est le duo français
L'Inquiétant Suspendu (...). Actifs depuis 2004, ils ont composé une partition pour le film La Coquille et le clergyman de la cinéaste Germaine Dulac : "L'analyse minutieuse réalisée sur le matériau de départ permet à la musique de prendre place dans l'histoire, la soutenir, mais se positionne aussi dans une relation ironique qui l'allège (...). La musique parle de façon articulée et continue avec les images et devient un élément narratif en mesure de désamorcer la dramatisation de la mise en scène. C'est aussi une musique intemporelle, non imputable à une époque et qui va une fois de plus dans le sens du travail de Germaine Dulac qui a la même caractéristique. "
       Le jury des anciens participants à la compétition - composé d'Andrea Beggio, Dario Carrubba et Marco Dalpane - a décidé d'attribuer un prix ex aequo : le film
Skyscraper simphony, mis en musique par Luca Frigo et La Coquille et le clergyman qui a donc remporté un double prix confirmant l'extraordinaire qualité du travail effectué par le duo français L'Inquiétant Suspendu.(...) « la musique réussit à souligner en manière efficace les différents instants, pas toujours escomptés, de ce chef d'oeuvre du cinéma surréaliste, en créant pour le spectateur de nouvelles suggestions sonores.
La qualité de ce travail est rendue encore plus explicite grace à la composition et à l'interprétation des musiciens, utilisant leurs instruments de manière savante ». (...)"

          Andreas Perugini, directeur du festival



  • L'Invitation au voyage (1927) - 36'

Une femme mariée fatiguée par la fadeur de sa vie conjugale se rend au club « L'Invitation au voyage » pour y retrouver un peu de vie. Elle y rencontre un marin qui symbolise toute sa quète d'aventure, mais l'histoire se détériore lorsque celui découvre qu'elle est mariée.

Le titre et le thème de ce film font référence à un poème de Baudelaire. L'Invitation au voyage est une oeuvre plus poétique, une ode à  la recherche de la liberté, du rève permanent.
C'est un film narratif, mais la réalisatrice abandonne  les textes et laisse seul le spectateur se frayer son chemin à travers les expressions des personnages et les scènes oniriques.

La musique est mélancolique et rêveuse, parfois caricaturale, comme les personnages peints ici par la réalisatrice.

  • Thèmes et Variations (1928) - 9'

J’évoque une danseuse! Une femme ? Non. Une ligne bondissante aux rythmes harmonieux. J’évoque sur des voiles une projection lumineuse! Matière précise! Non. Rythmes fluides. Les plaisirs que procure le mouvement au théâtre, pourquoi les mépriser à l’écran ? Harmonie des lignes. Harmonie de lumière. Lignes, surfaces, volumes évoluant directement, sans artifices d’évocations, dans la logique de leurs formes, dépouillées de tout sens trop humain pour mieux s’élever vers l’abstraction et donner plus d’espace aux sensations et aux rêves: le cinéma intégral.
Germaine Dulac

Pour suivre l'idée du "thème et variations", nous avons fait une variation d'un thème extrait du concerto pour violoncelle d'A. Katschaturian. Un thème d'origine classique refaçonné autour d'une structure électronique.

  • Disque 957 (1928) - 6'

Symphonie visuelle "d'après les préludes 5 et 6 de Chopin".

Une création plus enigmatique, influencée par les formes et mouvements des images de la réalisatrice. Ce film est une interprétation visuelle de la musique et notre musique est une interprétation sonore de ses images... 

 


 

Recherche